Seul sur Mars

Titre original : The Martian

Auteur : Andy Weir

Résumé : Ce roman est le récit d’un astronaute américain de la NASA laissé pour mort sur la planète Mars par son équipage reparti à la hâte sur Terre chassé par une tempête de sable. Mark Watney, un botaniste et ingénieur, doit bricoler pour disposer de suffisamment de nourriture, d’énergie et d’air puis pour atteindre un site situé à 3 200 km où l’attend une fusée qui lui permettra peut-être de rejoindre la Terre. Le roman est le récit de cette épopée solitaire rédigé à la première personne. L’histoire se déroule dans un futur proche : la mission à laquelle participe le héros est très proche des scénarios d’exploration de Mars envisagés aujourd’hui par la NASA comme Mars Direct.


Il faut savoir que ce roman, bien que disponible depuis 2011 en version numérique, n’est sorti qu’en 2014 en version papier.

Premier roman… Premier succès !
C’est en effet ce qu’à pu constater Andy Weir, auteur de ce roman. Seulement 2 ans après la publication numérique de son livre, l’auteur apprend qu’une adaptation cinématographique est envisagée.

C’est en me renseignant un peu sur le film que j’ai découvert le roman éponyme. Malgré le souhait d’éviter de voir le film adapté d’un roman, je n’ai pu résister et suis aller voir Seul sur Mars, de Ridley Scott, avant de découvrir le bouquin. (Et de toutes façons, je suis déjà sur U4)

Une adaptation parfaite
Tout du moins, c’est ce que je ressens quand je lis le résumé et divers extraits du roman. Ces descriptions correspondent exactement aux images que l’on peut apercevoir dans le film.

Je remet ici une critique que j’ai envoyé à une amie en sortant de la salle :

Puisque la comparaison sera forcément faite : Interstellar. A la différence de de l’oeuvre de Nolan, Seul sur Mars adopte un poil plus de réalisme.
Ridley Scott maîtrise son sujet, et Matt Damon fait le show avec un humour adapté aux situations qu’il rencontre. La BO n’est pas folle, mais les images et l’histoire tiennent assez la route pour que ça ne soit pas dérangeant.

Je ne peux que le conseiller, et encore plus si vous avez apprécié Interstellar.
Et si vous n’avez pas aimé, Seul sur Mars vous fera (re)découvrir un film de science-fiction, aussi bluffant qu’émouvant.


Notons qu’Andy Weir écrit un second roman, toujours de science-fiction, dans lequel nous retrouverons les grands classiques de la SF, à savoir : extra-terrestres, télépathie, voyage à la vitesse de la lumière, etc..

ƒl(art’)v™

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s